15 février 2006

L'école du rire

Je m'aperçois finalement que je garde d'assez bon souvenirs de l'école. Remarquez il vaudrait mieux, puisque j'ai traîné mes fonds de culottes sur les banc scolaires jusqu'à l'age de 27 ans! Si il y a bien un truc qui revient régulièrement , ce sont les fous rires en classe. Que cela soit à l'école primaire, au lycée ou même en TP à la fac, le fou rire clandestin était redoutable.

Cela partait souvent d'une vanne balancée par l'un de nos voisins. La blague racontée à la sauvette pendant que le prof avait le dos tourné avait en principe un effet dévastateur. Notez que la remarque désobligeante sur ce même prof avait aussi son effet. Du style «  t'imagines le prof en short devant sa télé », ou encore «  t'imagines Monsieur machin assis sur les toilettes et qu'y a plus de papier ! ». Je sais, ça ne volait pas haut, et pour cela que nous étions morts de rire.
Mort de rire était la bonne expression. Il fallait rire sans se faire remarquer, sinon t'étais mort ! Vous l'avez compris, interdit de rire aux éclats. Nous pouffions donc. Nous nous retenions de rire avec une inefficacité exemplaire. La volonté du «  moins rire «  entraîne systématiquement le « plus rire ». Un vrai cercle vicieux! La blaguounette à deux balles qui nous aurait à peine fait sourire dans les couloirs de l'école, se transformait en blague du siècle déclenchant une hilarité hors norme. Une vraie descente aux enfer. Le visage écarlate, la larme à l'oeil des sons pas loin de ceux du cochon nous échappaient. Il était plus que nécessaire de devenir invisible. Du coup nous plongions notre nez dans nos cartables faisant de mine de chercher un objet imaginaires. Je sais ce n'était pas fin.

Cela n' échappa pas au prof d'ailleurs. « Dujol ! Dehors ! La fraîcheur du couloir vous fera la plus grand bien! » Une intervention quasi miraculeuse, puisque ce fou rire si tenace s'arrêta net. Je me levai toujours écarlate. Le prof me flingua des yeux. Je me dirigeai vers la porte et là, l'acte maqué, je trébuchai contre la corbeille à papier. La classe éclata de rire, toute gorge déployée et sans se planquer sous les tables Il y avait là une forme d'injustice. Je regardai le prof. Son visage était rouge écarlate, la larme à l'oeil et faisait mine de chercher un objet improbable dans son cartable ...

Commentaires

Je me souviens d'une prof de math quand j'étais en prépa qui puait tellement qu'on la parfumait avec les ecorces d'orange quand elle passait dans les rangs... Eclats de rire en perspective

Écrit par : Basilic | 16 février 2006

et bien c''est bien fait pour toi! hihihi! ça doit etre dur d'etre prof et d'etre obligé de tenir son role...

Écrit par : nie | 16 février 2006

Écrire un commentaire